Objectifs 8 et 9

A propos des essais d’écriture

N°6-dessin-tétard

 

lidivine-lé

Dans le projet de Programme, « Découvrir le principe alphabétique » et « Commencer à écrire tout seul » constituaient un DOUBLE OBJECTIF. A partir du moment où les enfants savent encoder ce qu’ils entendent dans un énoncé, ils prennent conscience du fabuleux pouvoir que ça leur donne, et ils se mettent alors à « écrire tout seul » SPONTANÉMENT.  C’était la philosophie de cet objectif.
En séparant « Découvrir le principe alphabétique » et « Commencer à écrire tout seul », on a transformé le second but en enseignement. C’est bien différent.
Ce qui doit être enseigné, c’est sûr, c’est l’acte graphique en cursive.
Ce qui est montré, expliqué, accompagné, encouragé, c’est l’encodage. Cette compétence extraordinaire permet de comprendre les progrès de cet enfant dont je montre 2 productions SPONTANÉES: la signature de son prénom à 2 ans 5 mois en TPS et une histoire écrite SPONTANÉMENT en fin de GS (un petit oiseau était perché…).

———————————————————————–

Je reprends ici les types de réponses aux commandes d’écriture, telles qu’on peut les obtenir de la PS à la GS. Ces regroupements vous permettent de connaître les enfants prioritaires à partir de la fin de MS et de constituer des groupes aux performances assez homogènes.

Groupe A: tracés qui « miment » graphiquement l’écriture cursive ou « dents de scie » ou vagues, ou dessin. Ces réponses sont les plus fréquentes en PS, comme on le voit dans le premier exemple plus haut, avec Marc qui dessine puis « écrit » le nom de son copain. Ces tracés seront considérés comme ceux des enfants prioritaires à partir de la seconde moitié de la MS et en GS.

Groupe B: tracés de « lettres », parfois en suites qui ne finissent pas, parfois celles du prénoms, dans l’ordre ou dans un autre ordre. Ces enfants « savent » qu’ils faut des tracés particuliers pour écrire. Il n’y a pas de valeur sonore à leurs choix. Ce sont des signes qui, pour l’instant, n’ont pas valeur de lettres. Mêmes priorités qu’en A en fin de MS et en GS.

Groupe C: tracés de lettres dont au moins une a une valeur sonore. L’écriture U, pour un enfant hispanophone vaut « ou « . Et comme il devait écrire « nounours », c’est gagné. Les enfants de ce groupe ont « passé le mur du son ». Ils viennent de découvrir le Principe Alphabétique (page 216).

Groupe D: tracés de lettres choisies pour leurs valeurs sonores avec codage d’au moins une syllabe. C’est un grand progrès. UUELAD pour coder « nounours est malade » est une performance montrant que l’objectif 8 est atteint. C’est l’idéal pour la fin de GS.

Groupe E: en GS, il arrive que les enfants les plus performants aillent au-delà (sans qu’on les y encourage!! car la maîtresse s’occupe des enfants prioritaires) des tracés précédents et encodent toutes les syllabes en ajoutant des blancs préfigurant les mots. C’est un attendu de fin de CP, comme dans l’exemple plus haut avec l’histoire du petit oiseau.

Objectif 9 : Commencer à écrire tout seul

marie-ok-3

Les grands de la classe de Marie écrivent tout seuls à partir de Mai, chaque année. Ils sont en activité libre, à l’accueil. Pendant ce temps, la maîtresse est avec les moyens prioritaires.
On remarquera que ces enfants sont à des moments différents de leurs découvertes:
– à gauche, la fillette utilise des capitales d’imprimerie, ce qui témoigne d’une activité de décomposition des sons qu’elle subvocalise (chuchotement pour soi),
– à droite, les 2 enfants ont écrit en cursive, montrant ainsi qu’ils maîtrisent les correspondances entre graphies et ont appris des repères de l’écrit: majuscules, paragraphes, retour à la ligne, signature.
C’est la conséquence de la totalité du travail vers les objectifs 5, 6, 7 et 8. Car dans cette école, on lit beaucoup et on écrit beaucoup. Les GS passent beaucoup de temps à la « grande histoire » (page 192 et suivantes). Tout ça compte, c’est un ensemble d’expériences de l’écrit dans lesquelles la classe a toujours été impliquée.
Bravo!!! quelle belle préparation pour le CP!